La Terre notre maison

Prise de conscience

Celles qui me connaissent en dehors des réseaux sociaux, ou qui ont lu une partie de mon histoire personnelle dans « Ma (Re)naissance » savent combien je dois ma survivance à cette connexion intime que j’ai établie dès mon plus jeune âge avec le Cosmos.

Prisonnière de mon corps, mon seul échappatoire pour fuir ma condition, était de prendre suffisamment de hauteur, pour permettre à ma conscience de se libérer de cette geôle corporelle.

Ainsi quand tombait la nuit, et que la voûte céleste apparaissait, moi dehors, d’un seul regard, j’embrassais les myriades d’étoiles, et établissais le contact avec l’espace infini de l’Univers.

Se confronter avec un autre ordre de grandeur que le sien, permet réellement de supplanter les repères réducteurs de notre dimension terrestre, et d’aller au-delà des frontières, des limites de notre conscience, et des apparences.

Pour moi, c’était un moyen simple et accessible, de retrouver pleinement ma liberté, d’en oublier mon corps, et d’être juste moi, le temps d’une contemplation nocturne !

Ainsi ce besoin de retrouver les étoiles et la voie lactée était devenu pour moi un rendez-vous essentiel, semblable à une bouffée d’oxygène apportée a un corps qui étouffe et suffoque lentement. Le ciel était devenu mon refuge, et les étoiles mes fidèles confidentes.

Procurant un profond sentiment d’apaisement et de sécurité, cette relation particulière, intimiste, me reliait et m’unissait à ce grand tout, cette source d’amour inconditionnel.

Etre à l’écoute de l’univers, c’est UNIR les battements de son coeur avec la multitude, et percevoir le souffle de la vie à l’UNISSON.

Depuis le premier jour, j’ai pris conscience que je ne serai plus jamais SEULE et combien la VIE était précieuse !

Cette familiarité avec ce système de grandeur gigantesque, nous réduisant à l’état de grain de sable sur une plage aux dimensions infinies, à élargie ma perception du monde et de la réalité.

Aussi, j’ai pris très rapidement l’habitude d’avoir un point de vue extérieur et une vision globale à l’évocation de notre petite planète bleue, semblable aux formidables images rapportées par les spationautes. Voir ce petit joyau, cette oasis bleue aux confins de l’espace.

La beauté naturelle de la Terre, ne peut laisser personne indifférent, et permet de prendre conscience, que cet habitat est fragile, et que nous locataires éphémères, sommes aussi vulnérables et liés à son destin.

Quand on vit la tête dans les étoiles, on réalise que notre système solaire est soumis à une force extrêmement puissante qui s’appelle la FORCE GRAVITATIONNELLE.

C’est elle qui pour faire simple, détermine l’ordre et la position de chaque corps céleste dans un système, en fonction de sa masse et de son interaction gravitationnelle.

Mais bien plus fort encore qu’une simple mécanique céleste, il existe une LOI qui régit toute vie dans l’Univers. Cette loi immuable et pourtant si fragile s’appelle : L’EQUILIBRE

C’est elle qui à l’inverse du chaos, ordonne et harmonise toute chose.

Cette loi est la plus répandue partout où la vie existe. Si vous la supprimer, alors vous supprimer toute forme de vie. Que ce soit à l’échelle microscopique ou macroscopique, vous la retrouverez dans tout le règne du vivant.

L’équilibre assure VIE, PERFECTION et HARMONIE

Présente dans la géométrie sacrée, ou encodée secrètement avec le nombre d’or ou la suite de Fibonacci dans la fleur de tournesol, l’équilibre maintient continuellement en toute chose son point initial et originel.

Transposé à l’échelle humaine, on le retrouve dans notre mental, nos données biologiques comme dans la numération de notre formule sanguine, nous garantissant une pleine santé.

Pourtant aujourd’hui cet équilibre est menacé et nous avec.

Contrairement aux peuples premiers comme les Amérindiens, nous les représentants du monde « moderne », ne vivons plus en parfaite harmonie avec notre environnement et l’ensemble des espèces qui nous entourent.

Nous agissons un peu à l’image de nos perturbateurs endocriniens que nous produisons ici bàs.

Nous sommes réellement en totale rupture avec les lois fondamentales de la VIE !

La LOI DU PROFIT à remplacer celle de la sagesse et du bon sens, et s’apprête à condamner l’Humanité et tout le règne du vivant à très court terme.

Et lorsque l’on évoque les solutions à ce péril programmé, les projets technologiques insensés nous proposent d’aller recommencer ce cycle infernal, ailleurs, sur une autre planète « Terraformée »!

Cette logique stupide est tout bonnement celle du pillage, qui consiste à extraire et exploiter sans modération la substance vitale d’une terre nourricière et généreuse par nature jusqu’à l’appauvrissement complet et l’extinction totale de ses richesses.

Ce vampirisme, est un comportement légitime pour un moustique ou une tique, mais de la part d’une espèce intelligente et évoluée, pose questions ?

Avons-nous conscience que par résonance, nous sommes les premières victimes de nos actes ?

Chaque être humain souhaite au cours de son existence, fonder une famille, bâtir sa propre maison, prendre soin et décorer son habitat, pour le transmettre ensuite à ses enfants.

Sommes-nous à ce point déconnecter de la nature et de la réalité, pour avoir oublié que notre habitat premier, c’est la TERRE ?

Celle que l’on nomme la « Terre Mère » n’est elle pas la matrice de toute vie ?

Autosuffisante, elle n’a nulle besoin de notre présence en son sein pour subsister et poursuivre sa course autour du soleil.

Nous les petits grains de sable du moment, les épiphénomènes à l’échelle de son histoire, perturbons cette formidable mécanique naturelle, ainsi que les cycles qui maintiennent EQUILIBRE & HARMONIE, générant en retour, chaos et déchaînement incontrôlable des forces de la nature.

Qu’attendons nous pour changer avant d’atteindre le point de non retour ?

De tout côté la Terre subie nos hostilités permanentes. Sa capacité de régénération naturelle est devenue impossible, face à une surexploitation industrielle de ses ressources. Entre pollution et déforestation, nous amputons chaque jours un peu plus, nos poumons verts pourtant si essentiels à notre survie.

Face à ces incendiaires impunies, pourtant parfaitement identifiées, nous laissons partir en fumée aux quatre coins du globe, ce précieux patrimoine mondial.

Nous regardons tel des spectateurs endormis la destruction des écosystèmes avec fatalité, au lieu de condamner sans appel les responsables de cette politique de la terre brûlée.

Agirions nous de même, si une bande de voyous armés de jerricans d’essence oseraient s’attaquer à votre habitation ? Certainement pas, et c’est bien là toute la problématique de l’Humanité. Elle n’a pas encore suffisamment pris conscience, que la Terre dans ses dimensions terrestres,  est tout simplement une représentation à grande échelle, de nos petits espaces vitaux situés dans un plan local beaucoup plus réduit.

La biodiversité est un patchwork fantastique, composé d’une multitude de microcosmes dont la diversité de ses espèces tout règne confondu, fourmille de vie dans le moindre centimètre carré.

On en revient encore à l’ordre de grandeur !

 

Extinction des espèces

Que souhaitons nous laisser à nos enfants ? Des animaux visibles uniquement avec des casques de réalité virtuelle ?

Je ne vais pas ici procéder au décompte macabre des extinctions massives des espèces, car la liste est tellement longue, et le bilan si affligeant, que ces quelques images illustrent parfaitement cette situation critique.

Une chose est sûre, à cette allure notre petit paradis terrestre originel grouillant de biodiversité se transforme peu à peu en un désert prochainement hostile à toute forme de vie !

Nous sommes entrain de créer notre propre enfer.

Succombant inexorablement à cet immense carnage, en répandant aussi bien en surface, que dans les profondeurs des océans le même spectacle de désolation, nous nous dirigeons à très courte échéance, vers une forme de suicide collectif.

 

Destruction systémique des écosystèmes

En dehors de la voûte céleste, partout où sur Terre je porte mon regard c’est toujours le même constat accablant. Chaque biotope est menacé de destruction, ou empoisonné lentement par nos rejets industriels. Si les fleuves sont nos veines, et les océans nos artères, alors nous sommes condamnés à une mort certaine par empoisonnement généralisé.

Et l’histoire se répète ainsi pour chaque parcelle qui compose la planète. En dehors des parc nationaux et des quelques réserves encore préservées, tout le reste de la superficie terrestre est exposé en permanence à une menace imminente de profonde mutation mortifère de ses écosystèmes.

L’activité humaine adopte un comportement irresponsable et meurtrier envers cette nature généreuse qui donne sans compter, au point de ne plus pouvoir aujourd’hui répondre à l’appétit insatiable ordonné par un consumérisme aveugle et fou, engendrant surexploitation, surconsommation, gaspillage des ressources, INJUSTICES et INEGALITES.

La surpêche est un fléau pour les océans. L’homme vide littéralement les mers, et se moque éperdument des cycles naturels qui permettent de maintenir un équilibre dans les populations qu’elles abritent.

La pollution des eaux de surfaces ou souterraines est catastrophique. Que ce soit par les médicaments, les pesticides, les herbicides, les plastiques, l’exploitation minière, ou pétrolière, cet élément fondamental et vital à toute forme de vie sur Terre deviens impropre à la consommation.

L’exploitation animale sous toutes ses formes, et la souffrance terrible qu’elle inflige à ces êtres sensibles réduits au titre de produit est purement scandaleuse et indigne. Que ce soit généré par l’élevage intensif aux dimensions planétaires, répondant à une mondialisation contrôlée par les puissances financières des multinationales, ou pour alimenter des laboratoires de recherches ou de développement en produits cosmétiques, la maltraitance animale directement induite par l’humanité est une honte à notre intelligence d’esprit et de raison !

Je citerai à ce propos Mahatma Gandhi qui disait très justement : « On reconnaît le degré de civilisation d’un peuple à la manière dont il traite ses animaux ».

Ce qui est sidérant et alarmant est que ce constat désastreux se retrouve aussi dans chaque élément primordial : l’eau que nous buvons, l’air que nous respirons, la terre qui nous nourrit.

Rien est épargné,

RIEN !

 

Bouleversement climatique… de cause à effet

La répercussion globale de nos agissements irrespectueux envers notre planète, sème le chaos et perturbe profondément les lois de l’équilibre.

Même si bien avant nous, le climat sur Terre à subit de nombreuses modifications et évolutions au cours de son histoire, JAMAIS, en si peu de temps, l’interaction néfaste de l’activité humaine à produit autant d’anomalies climatiques !

Le résultat est sans appel : augmentation des catastrophes naturelles

Réchauffement climatique globale associé à une fonte du permafrost et des glaces arctiques et antarctiques avec augmentation du niveau des océans.

Ouragans et cyclones beaucoup plus dévastateurs, alimentés par une température de surface des mers plus élevée.

Tornades et tempêtes plus fréquentes et plus destructrices.

Les inondations causées par des précipitations plus fortes, entraînant pertes humaines, dégâts considérables et déplacements des populations.

L’Humanité doit changer et s’unir pour survivre

Si nous ne changeons pas radicalement notre vision à long terme, alors nous sommes condamnés à une extinction prochaine.

Il n’existe aucune alternative ou petite solution à court terme.

Seul une profonde mutation sociétale à l’échelle mondiale, nous donnera la capacité de ralentir et de limiter l’aggravation de notre situation planétaire, et de stopper le compte à rebours du déclin de notre civilisation.

L’homme à créer par son comportement irresponsable le danger qui le menace actuellement. Lui seul peut décider aujourd’hui de désamorcer la bombe à retardement sur lequel il est assis, et réparer les dommages qu’il a engendré.

 

S’ unir pour ne former qu’un seul et unique peuple, celui des TERRIENS

Nous sommes confinés dans nos frontières étatiques, qui fractionnent et faussent complètement la perception de la place réelle que nous occupons sur la planète bleue.

Notre vision est totalement tronquée par ces pseudo limites qui en réalité n’existent pas.

Les uniques frontières sont celles tracées par la nature elle même.

Elargissons réellement notre vision à 360°, et comprenons que la Terre est simplement un village, donc nous sommes tous et toutes citoyens et citoyennes du monde.

 

La cause majeure de notre désunion et du manque de cohésion face à cette situation d’urgence mondiale est l’individualisme de l’espèce humaine, qui non seulement est capable d’oublier que la Terre est sa première maison, mais aussi que ses semblables sont également ses frères et soeurs !

Oui, trop de divisions segmentent l’humanité, alors que face à un tel enjeu majeur, nous devrions nous UNIR pour ne former qu’un seul et unique peuple, celui des TERRIENS.

Ce que j’évoque n’est pas une UTOPIE, mais c’est la clé et l’unique porte de secours qu’il nous reste : L’UNION FRATERNELLE

A l’image des lois fondamentales, tout est lié, tout ne fait qu’un, y compris le genre humain.

La Terre naturellement applique ces principes et nourrit chaque être qui l’habite sans distinction. Toute créature à une place déterminée pour favoriser son développement et son épanouissement dans le meilleur environnement adapté à ses besoins.

Dans cet ordre, nous retrouvons une fois de plus la loi de l’équilibre et celle de l’harmonie qui en découle.

L’Humanité à un énorme défi à relever, celui d’abolir les clivages de toutes sortes, et de tout ordre, qui affaiblissent les nations.

Tout ce qui nous sépare nous fragilise et réduit grandement le champ d’ouverture de nos consciences. Les politiques, les religions extrémistes, les discriminations raciales, sont les instruments de la division, de l’intolérance, et nourrissent le mal assoiffé de guerres fratricides. Les conflits d’intérêts, et la domination des puissances financières ont  par le passé déjà fait suffisamment couler le sang des innocents, pour qu’aujourd’hui nous y mettions un terme.

Dans les temps à venir, il y aura de plus en plus de déplacement de population.

Les réfugiés climatiques, sont les prochains migrants …

Quel parfait et bel exemple pour illustrer concrètement cette division. L’Europe se déchire sur la question, et « L’UNION » Européenne montre plutôt elle aussi la « DESUNION » et la discorde. Imaginer le résultat à l’échelle mondiale lorsque l’intolérance et le protectionnisme s’affiche haut et fort sur le drapeau aux 50 étoiles.

 

Respecter la Terre, c’est se respecter soi-même

Si l’humanité décide de ne pas changer et de continuer ainsi, alors sa logique destructrice la mènera a sa perte. Quand a elle, la planète Terre poursuivra son chemin et sa ronde autour du soleil sans nous.

Il y a 66 millions d’années l’extinction Crétacé-Tertiaire  nous a montré qu’une extinction massive à grande échelle des espèces animales et végétales était possible.

Souhaitons nous que l’histoire se répète ?

Apprenons à respecter la Terre, et soyons conscient à chaque instant qu’elle aussi est vivante et que nos vies sont intimement liées à elle.

Cette planète nous à vu naître et grandir en son sein. Nous lui devons cette reconnaissance de l’existence.

 

Retrouvons la sagesse.